Les résidents en médecine menacent de «s’absenter» des hôpitaux dès le 2 janvier
Lundi, 23 Décembre 2013 19:47

Une assemblée générale exceptionnelle du Syndicat des Internes et des résidents en Médecine de Tunis(SIRT) s’est tenue à la Faculté de Médecine de Tunis, ce lundi 23 décembre, en présence d’internes et résidents en médecine, mais aussi des assistants hospitalo-universitaires, des professeurs agrégés et des chefs de service.

Au cours de cette assemblée générale sont intervenus : 1. Dr Selma Moalla, Dr Khouloud Mannaï et Dr Wassila Najar, représentantes des internes et des résidents en médecine. 2. Dr Mohamed Hèdi Souissi, secrétaire général du syndicat régional des médecins, des dentistes et des pharmaciens de la santé publique de Tunis. 3. Dr Slim Ben Salah, représentant du Conseil National de l’Ordre des Médecins. 4. Dr Habiba Mizouni, secrétaire générale du syndicat national des médecins, des dentistes et des pharmaciens hospitalo-universitaires. 5 Dr Faouzi Charfi, secrétaire général de l’Union des médecins spécialistes libéraux.

Ils ont unanimement dénoncé le projet de loi 38/2013 décidé par le ministre de la santé, Abdellatif Mekki. Selon le Sirt, «ce projet de loi priverait les nouveaux médecins spécialistes du droit à l’installation dans le privé et leur imposerait un travail obligatoire de trois années». Le syndicat considère que «ce projet de loi est contraire aux conventions de l’Organisation Internationale du travail signées par la Tunisie et en opposition avec le pacte international relatif aux droits civils et politiques de l’ONU».

Les différents intervenants ont insisté sur la nécessité d’une participation effective des différents acteurs de la santé pour toute réforme de cette ampleur.

Dans un communiqué diffusé ce lundi, le Sirt estime qu’après «les multiples grèves qui n’ont abouti à rien, les résidents en médecine sont acculés par le ministère de la santé à boycotter de nouveau le choix de stages pour le premier semestre 2014». La même source précise que «si Abdellatif Mekki ou son éventuel successeur ne font pas marche arrière, ils porteront seuls la responsabilité de l’absence de résidents en médecine dans les hôpitaux tunisiens dès le 2 janvier 2014».

Selon Communiqué

Les résidents en médecine menacent de «s’absenter» des hôpitaux dès le 2 janvier
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: