Réseaux de prostitution et trafic de drogue à Hayy Ennasr
Mercredi, 25 Décembre 2013 14:37

«Plus de 400 appartements sont dédiés à la prostitutions dans le très huppé quartier de Hayy Ennasr, au gouvernorat de l’Ariana». C’est ce qu’a annoncé Mohamed Rouissi, Secrétaire général du syndicat de la police républicaine, dans une déclaration donnée ce mercredi 25 décembre sur les ondes de Shems FM.

«A chaque fois que des perquisitions sont menées dans ces maisons closes, et à chaque fois que des arrestations sont menées, les individus impliqués finissent par être libérés, et les documents  les incriminant sont égarés» renchérit le responsable du syndicat sécuritaire.

«Nous avons des procès-verbaux attestant que des vendeurs de fruits secs dealent de la drogue. Des jeunes filles mineurs veillent jusqu’à l’aube dans ces «salons de thé». Un individu dispose même d’un catalogue» déclare M. Rouissi pour qui «une véritable pieuvre criminelle agit dans l’ombre dans le gouvernorat de l’Ariana» martelant que cette région est la première visée par les assassinats politiques, celle où il y a le plus d’appartements «loués meublés», et également celle où le trafic de stupéfiants est le plus prospère.

Pis : selon lui, «à chaque fois que l’un des collègues tentent de révéler ces réalités, il est transféré». M. Rouissi relève ainsi que :«des pressions sont exercées contre les policiers qui veulent agir dans cette cité, des obstacles sont systématiquement dressés contre ceux qui veulent faire bouger les choses». A noter que Mohamed Rouissi lui-même déclare avoir été transféré, suite à ses révélations.

Le responsable du syndicat policier a également affirmé que Mohamed Abbou à l’époque où il était ministre chargé de la réforme administrative, a été informé de ces dépassements, et que des dossiers lui ont été transmis, mais sans qu’une suite ne soit donnée.

Intervenu sur les ondes de Shems FM, Mohamed Abbou, secrétaire général du Courant Démocratique,  a confirmé les déclarations de M. Rouissi, imputant le laxisme des autorités en la matière, par une volonté de ne s’attaquer que graduellement aux problèmes les plus brûlants. Une manière de faire qu’il ne semble guère avoir approuvé. M. Abbou a cependant indiqué que certains dossiers ont été transmis au ministère de l’Intérieur, précisant que deux plaintes ont été portés contre des responsables sécuritaires, mais qu’il n’a pas été informé des suites données au dossier.

Réseaux de prostitution et trafic de drogue à Hayy Ennasr