Bombe, crash aérien… Qui espère le pire pour la Tunisie ?
Samedi, 28 Décembre 2013 19:26

Deux intox particulièrement graves, touchant la sécurité des Tunisiens, ont été relayées, le même jour, en ce samedi 28 décembre, par certaines pages actives sur les réseaux sociaux. Deux fausses informations susceptibles de semer la panique, et d’envenimer la situation, alors que le contexte sociopolitique semble bénéficier d’une certaine accalmie.

Ainsi, il a été question de la découverte d'une bombe, au cœur de notre capitale, en plein Avenue Habib Bourguiba, à Tunis. Certains ont cru bon de semer la suspicion pour faire d’un bloc de ciment un matériau explosif, une bombe. La rumeur a fini par être démentie par le porte-parole du ministère de l'Intérieur, M. Mohamed Ali Laroui.

La même journée, d’autres ont diffusé des fausses nouvelles faisant état d’un accident de l’un des avions de notre compagnie aérienne nationale, Tunisair, en haute mer. Le crash, donc. Encore une intox. Le transporteur a démenti, soulignant qu’il n’a jamais connu, depuis sa création, un tel accident.

Deux intoxs, donc, dont la portée est particulièrement grave, relayées à la veille des fêtes du Nouvel An, qui bénéficient traditionnellement d’une attention particulière de la part de nos services de sécurité. Or en cette fin d’année 2013, le contexte est difficile, puisque marqué par une sérieuse menace terroriste. Pis : la diffusion récurrente de fausses alertes pourraient même banaliser les faux avertissements sécuritaires, et amener finalement les citoyens à ne plus prendre au sérieux les vrais.

Comment peut-on donc dès lors, tenter délibérément d’aggraver la situation et d’aviver les tensions par la propagation de telles rumeurs assassines ? Des Tunisiens dignes de ce nom pourraient-ils réellement espérer voir leur pays être confronté à ce genre de tragédies ? Pour quels motifs ? Une rivalité politique exacerbée,  suffirait-elle à justifier la diffusion de telles calomnies  qui lèsent la réputation de tout un pays ? Parce qu’en définitive, les responsables qui tirent les ficelles de ces véritables opérations d’intoxication s’attaquent clairement à toute la Tunisie.

Moez E.K

Lire aussi : La Tunisie déstabilisée par Facebook ?

Bombe, crash aérien… Qui espère le pire pour la Tunisie ?