Un journaliste algérien espionne la Tunisie pour le compte du Mossad
Vendredi, 31 Janvier 2014 19:22

Un journaliste algérien actuellement réfugié en Espagne, a été chargé par le Mossad d’espionner la Tunisie, le Liban, ainsi que la communauté chiite libanaise d’Afrique de l’Ouest, notamment en Côte d’Ivoire. Son témoignage a été publié par El Pais, le journal espagnol de référence, le 24 décembre 2012.

Et voici que l’onde de choc de ces révélations a atteint ces derniers jours les rives du Maghreb, en passant de l’Algérie jusqu’à la Tunisie.

Il se nomme Said Sahnoune. On apprend ainsi (voir l’article complet ici), qu'il a été recruté par l’agence de renseignement sioniste suite à un article publié en 1995 sur Ytzhak Rabin, l’ex-premier ministre israélien. Il a été contacté, pour la première fois, par le Mossad en 1998, et après une série de tests, il a été recruté pour un salaire mensuel de 1500 dollars, ses frais supplémentaires étant pris en charge, avec en sus, des primes qui atteignaient jusqu’à 6.000 dollars quand il parvenait à atteindre ses objectifs. Mais ces révélations constituent-elles pour autant une réelle surprise ?

«Au Maroc comme en Tunisie, nous disposons d’un réseau d’agents infiltrés dans les milieux politiques, économiques, culturels et sociaux. Et nos agents peuvent promouvoir l’image d’Israël, tout comme ils peuvent contribuer à la déstabilisation des gouvernements» avait affirmé  le général Amos Yadlin, l’ex-patron du service d’espionnage israélien «Aman», en octobre 2013.

Et ce n’était manifestement pas des paroles en l’air, puisque des éléments du dispositif sont découverts, de temps à autres, dans la région.

Ainsi, il est également arrivé que des «Tunisiens» espionnent l’Algérie au profit des services de renseignements sionistes. En juin 2013, un réseau d'espionnage formé par deux Tunisiens, trois Marocains, et un Algérien collectant des informations stratégique pour le compte du Mossad a été démantelé par les autorités algériennes.

Selon Hamma Hammami, le leader du Parti des Travailleurs, «des services de renseignements étrangers tentent de diriger la Tunisie vers la Somalisation. (…) Des Etats occidentaux ont également intérêt à ce que cette Révolution ne soit pas couronnée de succès». C’est ce qu’il a affirmé le 14 juin 2012 sur les ondes de Mosaique FM.

Encore des doutes ? Le général sioniste Amos Yadlin a pour sa part affirmé, «Nous pouvons provoquer et attiser des conflits tribaux, ou confessionnels, exacerber des tensions sociales et maintenir des pays comme la Tunisie, l’Egypte, ou le Maroc sous pressions internes».

Moez E.K

Lire aussi :

Un journaliste algérien espionne la Tunisie pour le compte du Mossad
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: