Questions aux pseudos «djihadistes»
Lundi, 17 Février 2014 19:16

Billet. Pourquoi les «djihadistes»  se sont-ils battus au Mali, l’un des principaux centre de diffusion de l'Islam sur notre continent, mais ignorent-ils si ostensiblement le sort de leurs coreligionnaires en Centrafrique ? Pourquoi les «djihadistes» se battent-ils en Syrie, mais détournent le regard d'Al Qods?

***********

Des photos insoutenables de massacres de Musulmans en république Centrafricaine commencent à circuler dans certains médias, et sur les réseaux sociaux. Nul ne peut donc se prévaloir d’ignorer la tragédie que vivent nos frères dans ce pays où l’Islam est la religion d’une minorité qui pèse 10% de la population.

Pendant ce temps, sur notre continent, les «djihadistes» préfèrent sévir dans des  pays profondément Musulmans, où le Coran est psalmodié dans des médersas séculaires, où le nom d’Allah s’élève de milliers de minarets.

Pourquoi les «djihadistes»  se sont-ils donc battus au Mali, historiquement l’un des principaux centre de diffusion de notre religion dans le continent, un Etat Musulman depuis des siècles, dont l’Islam est un élément constitutif de son identité national, et ignorent-ils si ostensiblement le sort de leurs coreligionnaires en Centrafrique ?

Au Moyen-Orient, les djihadistes braquent leurs armes sur la Syrie, détournant le regard d’Al Qods occupée par l’alliance de la croisade sioniste. Pis : le Hezbollah, l’une des rares organisations islamiques à pouvoir se targuer d’avoir tenu la dragée haute à l’occupant, est vouée aux gémonies par ces mêmes pseudo-djihadistes. Qui a intérêt à voir le Hezbollah s’affaiblir dans la région ?

Dans l’Asie profonde, des fidèles du bouddhisme, une religion réputée prôner la plus grande tolérance, avec pour valeur cardinale la compassion, agressent, tuent, anéantissent, leurs compatriotes en Birmanie. Leurs propres concitoyens, qui ont pour seul «tort» d’être Musulmans. Sans que nul appel au «djihad» ne retentisse, sans qu’aucun de ces groupes bellicistes ne rejoigne ce front sanglant.


Ceux qui ont brûlé les trésors manuscrits du Mali sont-ils vraiment Musulmans?

Qui sont donc ces «djihadistes» qui assassinent leurs frères en terre d’Islam, mais ignorent les appels des Musulmans opprimés par des agresseurs d’autres religions ? Qui sont donc ces «djihadistes» qui envoient nos fils tuer et se faire tuer en terre islamique, mais qui restent sourds aux appels de nos frères dont le secours est une obligation expressément prescrite par notre religion ? Enfin, ceux qui appellent à tuer des Musulmans, méritent-ils vraiment le nom de Musulmans ?

Ceux qui appellent aujourd’hui au califat pour diriger la Oumma, n’ont-ils pas été les premiers à le faire tomber en retournant les armes de Lawrence d’Angleterre, dit d’Arabie, contre leurs frères en Turquie ? Les «djihadistes» serviraient-ils de supplétifs, de chair à canon, dans une guerre sanguinaire, menée manifestement contre les Musulmans ?

Moez El Kahlaoui

Questions aux  pseudos «djihadistes»