Yoav Hattab : Héros tunisien ou soldat israélien ?
Mercredi, 14 Janvier 2015 11:23

Yoav Hattab a été honoré par les Tunisiens en tant que l’un des leurs, tombé en héros face à la barbarie d’un terrorisme sanglant, le 9 janvier dans la prise d’otage d’un magasin casher à Paris. La photo de lui, drapée dans le drapeau national rouge et blanc, frappé du croissant, a suscité une vague de sympathie.

L’association tunisienne de soutien aux minorités, a même condamné dans un communiqué, «le silence des autorités» sur le sujet.
Sauf que les médias israéliens, eux, présentent un autre visage du jeune défunt inhumé le mardi 13 janvier en Palestine occupée. «Il rêvait de rejoindre Israël avec sa famille, et de servir dans l’armée israélienne» témoigne l’un de ses amis, cité par le journal «Arutz Sheva» dans son édition du 11 janvier. La même source indique qu’il était en Israël le mois dernier, et a été fier de se promener en arborant le drapeau israélien. Le «Time of Israel» renchérit de son côté dans un autre article: «Il était impatient de finir sa formation à l’université pour rejoindre Israël, et servir dans l’armée».

Et voici que de nouvelles photos dénichées dans le profil du défunt commencent à être largement partagées sur Facebook, laissent apparaître un autre aspect de la personnalité du jeune juif tunisien. On découvre des photos de Yoav Hattab, (dont celle-ci, publiée le 4 janvier par le défunt) entouré de soldats de l’armée d’occupation sioniste, tenant leurs armes à la main.

Et c’est un compte Twitter, appartenant à une jeune femme se décrivant comme une «activiste sioniste, fière noble et cruelle», qui sèmera le trouble en publiant une photo présentée comme étant celle de Yoav Hattab, en uniforme de soldat israélien.

 

Le problème ? Pour ceux qui l’auraient oublié, le 1 octobre 1985, une escadrille de dix avions de guerre israéliens a largué 16 bombes guidées sur Hammam Chatt, semant la mort et la destruction dans la banlieue de Tunis.

Certes, l’Assemblée Nationale Constituante a refusé le projet de loi sur la criminalisation de la normalisation avec l’entité sioniste. Mais serait-il pour autant permis à un Tunisien digne de ce nom, de «rêver» de servir dans les rangs d’une armée d’occupation ?

Moez El Kahlaoui

Yoav Hattab : Héros tunisien ou soldat israélien ?
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: