La moitié des Tunisiens hostiles au salafisme-djihadisme
Lundi, 18 Mai 2015 18:04

Les athées seraient près de trois fois plus nombreux que ceux qui se disent profondément religieux en Tunisie. Selon cette étude, « la religion ne signifie rien » pour 5% des Tunisiens, et 2% jugent même qu’elle constitue un obstacle au progrès. Mais moins d'un Tunisien sur deux s'affirme contre le djihadisme.

******

Un rapport sur « La religion et la liberté de conscience en Tunisie » élaboré par le Forum des sciences sociales appliquées, a donné quelques indices sur le rapport entretenu par nos concitoyens avec l’Islam.

L’Islam étant en effet la religion officielle de l’Etat, tel que stipulé dans la Constitution, et celle de l’écrasante majorité des Tunisiens. Une étude réalisée en 2008 par le Département d’Etat américain (qui, paraît-il, nous connait mieux que nous-mêmes) affirme que pas moins de 99% de nos concitoyens sont Musulmans.

Mais voici que ce nouveau rapport, effectué en collaboration avec l'Institut arabe des droits de l'Homme et l'Observatoire national de la jeunesse, avec le soutien du Fonds arabe des droits de l'Homme, sur la base des indications fournies par 1200 Tunisiens issus des différentes catégories sociales, apporte son lot de révélations.

Les résultats de cette étude ont été divulgués lundi 18 mai par l’agence Tap. Il apparait que 70,7% des personnes interrogées se considèrent comme « pieux », contre 19,6% qui se disent « très peu attachés à la religion », 7,2% se décrivent comme étant « irréligieux » (sans religion) et 2,4% s’estiment « très pieux ».

En somme, et à en croire cette étude, les irréligieux, en d’autres termes les athées, seraient près de trois fois plus nombreux que ceux qui se disent profondément religieux. Dans le même contexte, il apparait que « la religion ne signifie rien » pour 5% des personnes interrogées, et 2% jugent même qu’elle constitue un obstacle au progrès. Pas moins de 7% de nos citoyens paraissent donc carrément hostiles à la religion. Mais les extrêmes cohabitent dans la même population. Puisque 5,52% des citoyens questionnés qualifient  «d’acceptable », l’idéologie dont se proclament les mouvements terroristes, à savoir le salafisme-jihadisme.

On notera cependant que les tenants de l’extrémisme religieux sont nettement moins nombreux que les athées affirmés. D’autant plus que seuls 0,79% des personnes interrogées  jugent le salafisme-jihadisme « très acceptables », alors que 47,14% le refusent catégoriquement.

Le rapport indique également que 34% des sondés pensent que la religion constitue «un style de vie», 24,4% une « appartenance culturelle » et 17,7% « une question personnelle ».

A noter que 22% des Tunisiens s’étaient décrits comme étant « non-religieux », contre 75% de « religieux » selon une étude effectuée en 2012, par l’Institut Gallup.

Soufia B.A

La moitié des Tunisiens hostiles au salafisme-djihadisme
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: