Tunisie -Allemagne : Echange inique Teuto-Punique
Vendredi, 27 Décembre 2013 20:18

Tribune. Quid des menaces qui pèsent sur l’économie de notre pauvre Tunisie, les miettes servies, ostensiblement, par ladite Allemagne pour soutenir notre transition démocratique lui suffiraient-elle pour éviter la banqueroute pesant sur nos comptes publics ? Par Cheikhalifa Mohamed,  macro-économiste.

Le Pulsar de l'économie européenne semble avoir trouvé sa voie pour se départir de la double menace qui pèse sur son approvisionnement en énergie électrique (600 TW /an), à savoir la menace de catastrophe nucléaire de type Fukushima qui plane sur ses centrales nucléaires d'outre Rhin, vétustes, obsolètes vouées à une fermeture imminente ; et son rabat sur les centrales à charbon pour en produire avec du lignite, au taux de  1,1 kg CO2 /kWh.

Il a pu éviter ainsi ses retombées néfastes sur sa forêt noire  qui seront décriées et mise à nues par les ‘verts’ ; car elles défigureraient ses paysages idylliques d’excavations pour l’extraction dudit lignite !  En somme, ce Pulsar, pour continuer sur la lancée impulsée d'après guerre,  semble pouvoir frayer une artère pulmonaire pour pomper l'énergie d'outre mer chaude, jusqu’aux confins de notre désert, et pérenniser ainsi la rotation de ses circuits économiques croissants... 

Servis par le nec plus ultra de son intelligentsia postmoderne, qui s’est dit: pourquoi n’irions-nous pas se servir là où le soleil est abondant, en inventant par notre génie entrepreneuriale, un artifice ingénieux, comme sait bien le faire notre capital,  moyennant un binôme de personnes ‘morales’, Desertec/Tunur, pour glaner cette électricité à bon compte, pour ne pas dire gratuitement, de là où le soleil brille de deux milles feux !

Ente Charybde et Scylla, cahin-caha, le binôme, toujours aussi moral, a débarqué sur nos terres, après la Révolution de la Dignité et la première élection libre de tous les temps, en Tunisie, portant au pinacle une Troïka composée de nationaux hors pairs ! Ainsi, la cheville ouvrière dudit binôme, enregistrée et domiciliée à Londres, dotée d’un capital social  de l’ordre du Million de £,  s’est vu octroyer, par le premier chef de la Primature,  100 km² de nos terres, baignées de 2000 kWh/an/m² d'énergie solaire renouvelable et inépuisable, pour y pomper un gisement à ciel ouvert de 200 TW d’électricité  verte à zéro gramme de CO2 /kWh ! Soit un apport d’air frais couvrant le tiers des besoins électriques du mastodonte de la vorace machine économique: soit l’équivalent de 50 Milliards d’euros par ans pour 25 ans !

Ainsi, la première puissance économique de l'Union Européenne, trouve son chemin pour parer aux menaces citées tout en « épargnant » la colossale somme qu’elle a budgétisée pour sa transition énergétique, soit mille milliards d’Euros ! Elle n’est pas belle la vie pour notre Troïka chérie ?

Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, l'incitateur Teuton du Mégaprojet, proconsul dans nos contrées qu'il sillonnait, à sa guise, en long et en large, ayant accompli sa mission, haut la main, et dont le couronnement, et non des moindres, fut  la désignation, au forceps,  de notre nouveau nominé, chef de la Primature, autour d'un Méchoui-Party agissant tel un "Tea - Party" à la sauce autochtone ! Notre proconsul a bien mérité sa promotion fulgurante après deux ans et demi de bons et loyaux services pour sa Patrie, il s'est vu nommé proconsul général auprès de sa Primature ! Berlin vaut bien une messe !

Quid des menaces qui pèsent sur l’économie de notre pauvre Tunisie, les miettes servies, ostensiblement, par ladite Allemagne pour soutenir notre transition démocratique lui suffiraient-elle pour éviter la banqueroute pesant sur nos comptes publics ?   La double menace qui prend en étau notre pays, à savoir, l’avancée du désert de 2 m/an d’un côté et montée des eaux de la mer de 2 cm/an de l’autre, qui fait de notre pays, le cinquième au monde pour l’érosion/invasion de nos côtes, ont-ils été pris en compte par nos habiles négociateurs, sortis de la matrice de  la légitimité ?

Le Flux de l’électricité verte, tunisienne à 100 % partant vers la Germanie, servirait-t-il à étancher notre soif en eau comme on va combler la voracité du Pulsar en électricité ? Le nouveau nominé, sortant du chapeau du microcosme énergétique pourrait-t-il rééquilibrer ce contrat inique, unique et à la fois post colonial ? Amènerait-t-il ledit projet à de meilleurs dispositions pour adopter une posture digne de notre Révolution, par  l’usage de la technique de la cogénération : 250 M kWh d'électricité solaire versus 60 M m3 d'eau dessalée de la mer/km² de nos terres /mer. Il nous dégagerait des limbes de la mer nourricière 6 milliards de mètres cubes d’eau fraiche, soit le tiers de nos besoins en la matière !  Ou bien pourrait-t-il l'aligner, lui qui connait  bien les maux de notre économie, sur ce qui se passe chez les nations souveraines telles que le Chili, et ce en faisant appel à la concurrence internationale selon des termes de références idoines,  pour assurer la fourniture, même partielle de nos besoins en eau qui s’élèvent à 18 milliards de m3  tout en rémunérant le promoteur/investisseur par de l’électricité verte solaire, exportable sur l’Europe voisine en manque? 

Ou bien fera-t-il appel à la Chine, aux aguets pour pareille opportunité,  pour établir un courant d’échange équitable en matière d'énergie solaire, domaine où elle est en tête du peloton : une coopération gagnant/gagnant avec la Tunisie pour produire de l'énergie solaire PV, CPV ou CSP, en offshore, pour l'export vers l'Europe toute proche et en manque, versus eau dessalée pour notre rémunération en nature et ce pour couvrir notre déficit hydrique : 18 km3 / an ! Une coopération / troc qui réaliserait tous les objectifs de la Révolution de la Dignité : plein emploi des facteurs de production !

Du même auteur sur Mag14: Radioscopie de nos ressources infinies 

Tunisie -Allemagne : Echange inique Teuto-Punique
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: