Photovoltaïque : Boom mondial, mais léthargie en Tunisie
Mardi, 28 Janvier 2014 12:27

Le secteur du photovoltaïque solaire connait un boom mondial. Rien que pour 2013, pas moins de 35 gigawatts (GW) ont été produits à travers la planète. Soit l’équivalent en puissance de production électrique, de 7 centrales nucléaires, et ce dans des régions moins favorisées par l’astre du jour que notre belle Tunisie !

Selon les prévisions annuelles, les nouvelles capacités de production d'électricité photovoltaïque atteindront un nouveau record compris entre 40 et 45 GW cette année.

Sur ce constat, on remarque la léthargie délétère qui pousse nos responsables à ne rien faire pour arranger le délabrement de nos agrégats économiques qui partent en vrille : le déficit commercial record de 2013 le confirme sans contexte : 11,8 milliards de Dinars !

Son corollaire, l’encours de la dette publiques extérieure, le suit penaud pour culminer à fin octobre dernier à 20 milliards de Dinars

La STEG, pour éclairer notre lanterne, brule du gaz d’importation, dans ses centrales électriques. Elle serait amenée à cet effet de se fournir pour 2014 de pas moins de 4,5 M de Tep et ce d’après des estimations basées sur la combustion dédiée à l’électricité pour 2012…

Considérant que les 2/3 seraient utilisés le jour où le soleil déploie sur chaque mètre carré de nos terres/mer une moyenne de 1850 kWh/an dont 175 kWh sont mobilisables selon une technique bien éprouvée, le photovoltaïque solaire, et dont les couts ne cessent de baisser jusqu'à atteindre le centième des prix de 1980 avec, en prime une amélioration des rendements effectifs cités ! 

Ainsi, la combustion de ces 3 millions de Tep consacrés, pourraient être évitée et on ne sera que quitte d’une dépense impropre pour la nature et l’Etat de nos finances !

Le cout estimé des 3 M Tep, serait comme suit :

  • Cours du pétrole : 100 $/baril
  • Cour du Dinar = 1,623
  • Une Tep = 7,3 barils
  • Facture Gaz diurne = 3M Tep x 7,3 x100$= 2,190 MD de $
  • Soit en Dinars brulés = 3 554 370 Dinars brulés, 30 % de notre déficit commercial

Concomitamment, cette somme pourrait servir à s’équiper auprès de nos 41 installateurs locaux, de centrales solaires PV. Ils auront ainsi du pain sur la planche pour une année de travail à plein régime afin de pouvoir équiper des ménages disséminés dans les régions choisies par la STEG, selon son plan solaire et pour limiter ses déperditions et freintes de transports de courant, qui sont significatives…

Le financement serait assuré par des ménages volontaires éligibles au programme à définir à cet effets pour des kits de 3 à 5 KWc par exemple..

La capacité à installer, selon le cours de gros attendu pour cette année de 2 190 $ /kW de puissance, serait de l’ordre d’un GW crête  qui aurait un rendement de 1,7 TW/an, et ce pour 25 ans minimum et sans carburant, soit le dixième de notre consommation annuelle tout en évitant la combustion 450 mille Tep et en glanant au passage 328, 500 millions de dollars $, ceci sans compter les retombées des certificats carbones couvrant le CO2 évité…

Un programme quinquennal, piloté par le distributeur historique et l’ANME, nous amenait vers 2020 à consommer 50 %  d’électricité verte tout en créant de l’emploi pour nos jeunes dans les régions concernées…

L'investissement dans les toits solaires PV, par exemple pour les ménages australiens, est le plus rentable par rapport aux autres activités économiques offertes aux épargnant-investisseurs tout en ayant la conscience au zénith s'agissant d’être ami avec l'environnement. C'est pour la bonne cause !

Il n'est pas beau le soleil ? Ils ne seront plus méchant nos dirigeants du secteur énergétique surtout après la promotion de leur ex-patron à la Primature ?

Cheikhalifa Mohamed , macro-économiste

Lire aussi:

Photovoltaïque : Boom mondial, mais léthargie en Tunisie
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: