Au fil d’Ariane : du Soleil à la mer, à l’eau, aux terres !
Mardi, 16 Février 2016 18:39

Le développement d’une communauté dépend du niveau des ressources hydriques dont elle dispose. Les ressources externes sont tout aussi vitales, mais sont déterminées par les conditions géographiques et leurs disponibilités sont hors contrôle. Par Mohamed CHEIKHALIFA, Macro-économiste

Le Rationnel suppose être secrété par les conditions matérielles d’existence ;

Les dites conditions sont elles-mêmes déterminées par l’harmonie des 4 éléments

Cette harmonie varie selon le site géographique où on se trouve et où on vit

L’air et la terre sont d’égale importance, et on suppose qu’ils sont disponibles pour permettre la vie pour tout le monde. Reste le feu (l’énergie) et l’eau, les deux éléments déterminant le niveau de vie …La source mère de l’énergie sur terre est le Soleil..Le cycle de l’eau est déterminé lui-même par le soleil

Les besoins vitaux de l’homme sont issus de la chimie de ces quatre éléments

L’élément déterminant permettant cette alchimie de prendre, c’est l’eau !

La répartition de cette eau sur terre est antérieure à la venue de l’homme, et se trouve ainsi distribuée indépendamment des besoins vitaux de ce dernier …

Les ressources d’eau douce renouvelable disponible sur terre sont de 5 700 m3/an/habitant

Le développement d’une communauté est dépendant du niveau des ressources hydriques dont elle dispose en interne ou / et en externe

Les ressources externes sont utiles et vitales aussi, mais elles échappent au contrôle de la communauté concernée et pourraient être sources de conflits ...Elles sont déterminées par les conditions géographiques et leurs disponibilités sont hors contrôle de la communauté. Les ressources externes sont vectrices d’amenée de sel. Ce sel se concentre et s’infiltre aux pieds des cultures et finit par les éradiquer comme il l’a fait pour les civilisations mésopotamiennes…

Ce sont les précipitations du lieu d’implantation d’une communauté qui lui fournissent les ressources internes renouvelables, qui forgent le plus son devenir et ce tant que les conditions météorologique n’ont pas variées radicalement..

Le contrôle de ces ressources internes révèle le degré de développement d’une communauté.

L’Etat Nation Classique est bâti sur le surplus agricole de ses domaines féodaux locaux…

Les Etats dit arabes ne sont pas des Etats Nations, mais des états façonnés par les velléités coloniales des Etats Nations voisins …

L’élément dominant dans les zones où prolifèrent les Etat arabes est le Soleil qui les irrigue de 3500 à 1500 kWh/an/m²

L’élément insuffisant est l’eau, mais l’eau de mer ne manque pas aux bordures desdits Etats…

Le niveau de disponibilité en eau a été étudié de long en large par la FAO, elle a déterminé des paliers selon la disponibilité de cette denrée vitale gérée par un pays donné, et leur impact sur sa vulnérabilité

Les Paliers significatifs sont les suivants :

a) mille mètres cubes par an et par habitant : palier au dessous duquel, le pays ne pourrait initier un développement durable

b) Deux milles mètres cubes par an et par habitant : le pays ne pourrait faire face à la demande alimentaire de la population lors de périodes de sécheresse …

c) Deux mille cinq cent mètres cubes par ans par habitant : seuil de vulnérabilité, au-delà duquel la pérennité de l’Etat est assuré pour des habitants citoyens, pouvant mener une vie digne d’homme libre !

La Tunisie, avec 207 mm/an de précipitations ne peut fournir que 415 m3 d’eau à chacun de nous ! En outre vu notre site géographique, l’évapotranspiration varie de 1,8m au sud à 1,2m au nord

La désertification est ainsi inexorable, seule notre action peut la temporiser !

Nos terres arables sont largement suffisantes= 5 M² d’ha, n’eut été la pénurie chronique d’eau. C’est pour cela que nous importons notre alimentation de l’étranger et ce à concurrence d’un équivalent en eau servant à les produire chez nous de l’ordre de 2000 m3/an/hab !

Donc notre déficit hydrique est de l’ordre de 24 km3 par an !

Cette eau peut être produite ici par dessalement à l’énergie thermique solaire concentrée.

Le potentiel que l’énergie solaire directe se déversant le long de nos cotes permettrait de produire est de plus de 85 km3/an d’eau dessalée, et ce en imitant le cycle naturel de l’eau,

Cette eau serait identique à celle de la pluie et serait à zéro gramme de sel

En effet 1 km² de nos terres équipés de matériels idoines, prés des cotes, à partir d’Enfida, jusqu’aux frontières libyennes, produirait 60 M² de m3 / an. 400 km² équipés, garantiraient notre autosuffisance alimentaire !

L’injection de 1000 m3 d’eau pour vivifier nos terres arables nécessiterait 15 journées de travail, dont 2/3 direct et 1/3 indirect. L’ajout d’un km3 d’eau à nos ressources générerait 50 000 emplois permanent et verts, nonobstant les retombées environnementales et économiques

L’éradication du terrorisme passe inexorablement par celle de la détresse hydrique en MENA, ou bien par la réduction des effectifs afin de les rendre en adéquation au minimum de 1000 m3/hab/an de ressources internes renouvelables et disponibles...

Au fil d’Ariane : du Soleil à la mer, à l’eau, aux terres !
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: