Tunisie : RSF appelle à la libération de Jabeur Mejri
Mercredi, 27 Juin 2012 14:56

rsf tunisieReporters sans frontières a demandé la libération immédiate de Jabeur Mejri, incarcéré sur la base de l’article 121 paragraphe 3 et du code de la communication, pour avoir publié des caricatures du prophète sur sa page Facebook et dont la peine de sept ans et demi de prison a été confirmée, le 25 juin dernier, par la cour d’appel de Monastir.

RSF demande également l’annulation des poursuites prononcées contre lui, tout comme celles visant Ghazi El-Beji, condamné par contumace à sept et demi de prison pour le même motif, actuellement réfugié en Europe où il tente d’obtenir le statut de réfugié politique.

“Quelques jours seulement après les troubles qui ont suivi l’attaque de l’exposition du palais Abdellia à La Marsa, la confirmation en appel de cette condamnation renforce notre inquiétude de voir s’établir durablement une censure religieuse en Tunisie”, s’est alarmée l’organisation dans un communiqué publié le mercredi 27 juin. Elle a par ailleurs déploré le "caractère inique du procès et les conséquences que celui-ci pourrait avoir sur l’avenir de la liberté de la presse dans le pays".

“Une peine aussi lourde ne peut qu’encourager le retour de l’autocensure. Depuis le procès Nessma et l’incarcération de Nasreddine Ben Saida, patron d’Attounissia, la sévérité des sanctions va crescendo dans les affaires ayant trait à la morale. La disproportion des peines et l’insécurité dans laquelle évoluent les professionnels de l’information sont autant de signaux inquiétants pour l’avenir” souligne RSF

RSF précise également que «parallèlement aux procès, les journalistes sont les cibles d’actes de violence, dans un climat de totale impunité. Sous prétexte de manquer de respect à la morale ou à la religion, des professionnels de l’information sont régulièrement pris à partie par les membres de mouvances islamistes et salafistes». L’ONG appelle «les autorités tunisiennes à faire preuve de fermeté à l’égard des agresseurs, quels que soient leur identité et leurs discours, et de rappeler à tous que rien ne justifie la violence».

Tunisie : RSF appelle à la libération de Jabeur Mejri
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: