Immolations par le feu : Record macabre de la Tunisie
Mercredi, 24 Avril 2013 16:29

immolation par le feu en TunisiePendant que l’opinion s’enflamme pour les augmentations des élus à l’ANC, et que nos ministres négocient avec le FMI, la Tunisie est en passe de battre le record mondial absolu des immolations par le feu. Seul le Tibet peut encore prétendre disputer ce titre macabre à notre pays.

******

L’immolation par le feu, ce geste de désespoir absolu est presque devenu banal en Tunisie. C’est dans le silence qu’hier, le mardi 23 avril, un homme a tenté ainsi de suicider devant le siège du gouvernorat de Mahdia. En ce même jour, ont eu lieu les funérailles d'un jeune de Jendouba, mort après s’être aspergé d'essence et mis le feu à son corps. Les deux malheureux n’auront même pas provoqué la stupeur et l’effroi qu’avait causé le défunt qui s’était immolé le 12 mars devant le théâtre municipal de Tunis.

La seule journée du 14 mars dernier aura été marquée par trois tentatives de suicide, suivant la même méthode inaugurée par Bouazizi. Et en quelques mois, la Tunisie est en passe de battre le record mondial absolu des auto-immolations par le feu. Puisque selon des chiffres détaillés publiés par  le ministère de l’Intérieur, plus de 160 jeunes se sont livrés aux flammes entre le 17 décembre 2010 et le 12 mars 2013. Ils étaient 10 à s’immoler en ce début d’année 2013, 66 en 2012 et 91 en 2011. 

immolation par le feu à Tunis

Statistiques internationales
Ces chiffres sont d’autant plus terrifiants quand on les compare aux statistiques internationales concernant ce mode particulier de suicide. Selon le sociologue britannique Michael Biggs, il y aurait eu, au niveau mondial, entre 800 et 3000 cas d’immolations par le feu (tentatives y compris), entre 1963 et 2002. 533 cas ont été suffisamment documentés pour faire l’objet de comparaisons chiffrées. Des statistiques détaillées sont ainsi énumérées dans son ouvrage intitulé «Mourir sans tuer : les auto-immolations de 1963 à 2002» (Dying Without Killing : Self-Immolations from 1963 to 2002).

Et il apparaitra ainsi que c’est l’Inde qui compte le bilan macabre le plus lourd avec quelques 255 cas d’auto-immolations par le feu recensées ente 1963 et 2002, sur une population qui dépasse le nombre de 1,2 milliards d’individus. Le Vietnam arrive en deuxième position avec ses 92 individus immolés, suivi de la Corée du Sud qui en compte 43, et des Etats-Unis qui affichent 29 cas. On notera que pas un seul pays arabe ne figure dans ce tableau qui recense les chiffres d’une vingtaine de pays. Les deux seuls Etats musulmans présents étant la Turquie et la Malaisie où 4 et 2 cas ont été respectivement recensés.

immolation-tibet

Le feu du désespoir brûle les Tunisiens
Elément intéressant, le sociologue établit même les chiffres des immolations rapportés à la population de ces pays. Auquel cas, l’Inde ne compte «que» 1,4 cas par million d’âmes, contre 8 pour le Vietnam sur 40 ans. Or avec plus de 160 cas recensés en moins de 3 ans, soit une moyenne de 14,5 par million d’habitant, la Tunisie semble battre tous les records mondiaux en la matière. Il n’y a peut-être que le Tibet à pouvoir «rivaliser» avec la Tunisie.  L’ONG Free Tibet comptabilisera en effet, de mars 2011 à ce jour, 106 cas d’immolation par le feu, en signe de protestation contre la répression chinoise.

Mais si dans des pays asiatiques bouddhistes ou hindouistes, les immolations sont historiquement enracinées dans les traditions, comment interpréter cette tendance en terre musulmane où le suicide est considéré par la religion comme une abomination conduisant à une éternelle damnation ?

L’activiste des Droits de l’Homme Néjiba Réjiba, alias Om Zied, affirme que «les mêmes conditions économiques et sociales qui prévalaient avant le 17 décembre 2010, le jour de l’immolation de Bouazizi marquant le début de la Révolution, continuent de perdurer aujourd’hui». Il n’y aurait donc pas de raisons objectives à ce que l’étincelle allumée à Sidi Bouzid ne continue pas d’enflammer d’autres torches humaines tunisiennes. Et ce ne sont pas les polémiques sur l’urgence des augmentations à allouer aux députés, où les négociations entamées avec le FMI qui contribueront à éteindre le brasier. Faudrait-il donc, dans ces conditions, paraître surpris par le déclenchement d’une deuxième Révolution ?

Oualid Chine

Lire aussi :

Immolations par le feu : Record macabre de la Tunisie
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: