Ibrahim Kassas, ou le contrepet à la Constituante
Samedi, 10 Décembre 2011 14:58

gassasLes Tunisiens pensaient déjà pour la plupart qu’Al Aridha n’était pas en odeur de sainteté. Et voici que qu’un député de l’Assemblée Constituante, a pensé éventer un malodorant secret. «Ibrahim El Kassass aurait dû se nommer Bassass» a-t-il lancé à la cantonade, aussi blagueur que méprisant, vis-à-vis de l’un des représentants de la Nation.

La réaction vigoureuse a fusé à la séance plénière du samedi 10 décembre: «Non, je suis Kassass, pas Bassass» a hurlé de rage, le député dépité, représentant du courant de Hechmi Hamdi. C'est qu’il y a décidément de l’eau dans le gaz, dans cette Constituante.

Certains ont déclaré avoir humé l’odeur de l’argent sale, qui se serait exhalé lors d’une campagne électorale de choc. Mais qu’on se le dise, les beaux parleurs brassent trop souvent du vent. Mais de là à en lâcher un, en public, qui plus est dans le milieu confiné de l’auguste assemblée,  il y a un pas, que les nez délicats ne franchiraient pas.

L’insulte était de trop. Kassass a été gravement offensé, et ne s’en laissera pas conter. Il exigera même de sa forte voix de stentor, des excuses publiques en bonne et due forme. Notre homme, habitué qu’il est à rabattre le caquet des turbulents voyageurs, n’a vraiment pas froid aux yeux. Et en l’occurrence, à défaut de la loi, les règles de la bienséance sont de son côté. Parce qu’après tout, traiter son adversaire de péteur, ne rentre pas vraiment dans le cadre de l’escarmouche politique, fusse-t-elle à fleurets mouchetés.

Jacques Chirac lui-même, l’ex-président français, a du faire face à un sacré tollé, lorsqu’il a osé évoquer le bruit et l’odeur, des  Maghrébins entre autres Africains, dans l’Hexagone exportés. Que n’a-t-on pas dit sur ce grand ami de Ben Ali, quand il s’est pincé le nez. Mais on le saura désormais : pour garantir le maintien de la paix, il faut éviter les contrepets déplacés, dans hémicycle du Bardo. Ce serait un manquement flagrant à l’étiquette. Et on dira ce qu’on voudra d’Ibrahim El Gassass, mais lui, au moins, n’est pas inodore et incolore comme de trop nombreux députés.

Marwene El Gabsi

Ibrahim Kassas, ou le contrepet à la Constituante
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: