Derrière les lunettes de Moncef Marzouki
Mardi, 13 Septembre 2011 20:07

marzoukiC’est désormais officiel : les fameuses lunettes, sans doute les plus célèbres qu’un politicien tunisien ait portées seront le symbole des listes d’El Mottamar pour les élections du 23 octobre, celles de l’Assemblée Constituante. Il s’agit d’un clin d’œil, à l’égard des facebookeurs et des Tunisiens qui l’ont taquiné sur ce point.

Dans les minutes qui ont suivi la mise en ligne de l’image des lunettes aux couleurs du CPR, une avalanche de commentaires ébahis, est tombée sur la page fan du parti.Un hasard ? Certainement pas. Moncef Marzouki a longtemps été brocardé pour ses lunettes. Il a d’ailleurs fini par en changer. Non pour corriger sa vue, encore moins pour modifier sa vison des choses. Les Allemands ne s’y trompent pas, eux, pour qui une politique est bancale, si elle s’appuie sur une weltanschauung (vison du monde) coincée dans son bocal. C’est dire l’importance des verres quand il s’agit d’adopter une optique politique. C’est qu’on ne change pas de lunettes comme on retourne une veste.  

Or le dirigeant du Congrès pour la République est en effet l’un des rares à n’avoir jamais fermé les yeux sur les turpitudes de la dictature, alors que la plupart préférait négocier. Il a inlassablement creusé le même sillon dans le Sahara, gardant le fol espoir d’y voir éclore des fllunettes moncef marzoukieurs. On apprendra que cette obstination lui a été léguée par son grand-père, cultivateur aux portes du désert. Et la Révolution a fini par lui donner raison.

Et après tout, il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Quand les uns ont tourné de l’œil face à la répression, d’autres ont fait mine de regarder ailleurs. Derrière ses grosses lunettes, Marzouki, lui, a toujours braqué le même regard revolver face au système Ben Ali, et ses rescapés qui entendent bien s’accrocher. Certains d’entre eux se voient même prématurément trôner sur le siège éjectable du Palais. Difficile de ne voir dans les louches accointances de nos politicards les plus en vue, qu’une simple myopie politico-électorale.

Mais alors, ces lunettes ? Une opération de communication qui n’est pas dépourvue d’une petite pointe d’autodérision. A l’heure où d’autres politiciens multiplient les rodomontades et les concessions. Le choix des lunettes pourrait aussi, a-t-on sans doute pensé superstitieusement au parti, contribuer à éloigner le mauvais œil. De bonne guerre, quand certains refusent les règles des instances des élections, multipliant les actions à courte-vue. C’est qu’il s’agit avant tout d’éviter de brouiller davantage la vision des électeurs.

Moncef Marzouki a pourtant résolument pris position contre la communication. Considérant que la pub et ses corollaires c’est juste bon pour l’industrie yaourtière. Avec ces lunettes, pourtant, le CPR vient de signer un coup médiatique qui en met plein la vue. De quoi rehausser une image trop souvent zappée par le petit écran. Parce que le champ médiatique n’a pas encore été déblayé pour permettre aux citoyens de voir les réalités. Et si vous n’y voyez pas la marque d’un petit coup de com retentissant, autant changer tout de suite de lunettes.

Marwene El Gabsi

Lire aussi :

La piqure de rappel du docteur Marzouki
Marzouki et Facebook contre le «proxénétisme politique»

Derrière les lunettes de Moncef Marzouki
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: