Jeudi, 10 Novembre 2011 14:21

chomageWided Bouchamaoui, la présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA), a rappelé, lors d'une conférence tenue mercredi 9 novembre au siège de l’organisation patronale, que l’on pourrait avoir un million de chômeurs en Tunisie d’ici la fin de l’année. Notre pays compte actuellement 750.000 de sans-emplois, dont 200 000 chômeurs diplômés du supérieur.

La hausse du chômage est due, selon Wided Bouchamaoui, à la croissance économique en berne, à  la méfiance des investisseurs étrangers, et au tourisme sinistré. Il n’y a ainsi que le secteur du bâtiment à avoir enregistré 3000 emplois, en conséquence directe de la multiplication des constructions anarchiques dans l’immédiat après-Révolution.

Ainsi, entre mai 2010 et mai 2011, les Tunisiens ont perdu  137 mille postes de travail et enregistré sur la même période l’arrivée sur le marché de 213 mille nouveaux chômeurs, soit 350 000 de nouveaux sans-emplois, portant le chiffre total des chômeurs tunisiens à 700 000 personnes vers mi-2011.

chomageL’Institut National des Statistiques (INS) précise ainsi que le secteur de l'agriculture a perdu 64 000 emplois, le tourisme 16 000, et l'industrie et les services 57 000. Le budget de l’Etat élaboré par le gouvernement de transition (toujours en place puisque les partis peinent toujours à se mettre d’accord sur le partage du pouvoir), prévoit la création d’environ 75 000 postes de travail. Mais nos responsables s’attendent qu’avec le retour de la stabilité en Libye, pas moins de 200 000 travailleurs tunisiens trouveront un emploi dans ce pays frère. Ce n’est pas pour rien qu’on leur a livré Baghdadi Mahmoudi, tout de même !

Sur l’épineuse question du chômage, les principaux partis de Tunisie ont rivalisé de promesses électorales. Ennahdha se propose ainsi de créer 590 000 emplois durant les cinq prochaines années, pour ramener ainsi la part des sans-emplois dans la population de 14.4% en 2011 à 8.5% à l’horizon 2016.

Ettakatol, lui, mise sur le secteur public et le recrutement massif dans les zones défavorisées qui devraient avoir la prééminence. Ainsi, il s’agit de créer de 100 mille emplois sur deux ans dans les secteurs éducatifs, sociaux, et culturels des régions considérées comme prioritaire.

Quant à la liste Al Aridha du controversé Hechmi El Hamdi, elle fait encore mieux. Elle propose une mesure immédiate directe et sans fioritures, apte à calmer les esprits les plus révoltés : les chômeurs recevront une allocation à hauteur de 200 dinars qui leur seront versés mensuellement. De quoi faire taire les ventres affamés qui, c’est bien connu, n’ont pas d’oreilles. Reste à savoir si la Tunisie a les moyens de se payer ces visions politiciennes. Heureusement que Ben Jaâfar rappelle que la baguette magique n’existe pas. On a failli y croire.

Walid Ben Sahbi

Bientôt 1 million de chômeurs en Tunisie?
Bannière
Bannière

Annonces

Suivez-nous !

MagZik

Top 5 de la semaine

    Vos amis apprécient...

    You are here: