Mort du responsable de Nida Tounes à Tataouine
Jeudi, 18 Octobre 2012 20:10

tatouineLotfi Naguedh, président de l’Union régionale des agriculteurs  de Tataouine et coordinateur provisoire de Nidaa Tounes à Tataouine est mort en marge d'affrontements jeudi 18 octobre entre ses partisans et des manifestants proches d’Ennahdha. C’est la première fois qu’il y a mort d’homme dans une manifestation, depuis l’avènement de la Révolution en Tunisie.

Selon un représentant du parti de Caïd Essesbi, M. Naguedh est mort après avoir été tabassé lors d'une attaque de manifestants favorables au pouvoir contre le siège du syndicat Union régionale de l'agriculture et de la pêche (URAP) qu'il dirigeait.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Tarrouche, a confirmé les violences en marge d'une manifestation pour l'épuration des cadres de l'ancien régime mais a assuré que la victime avait été terrassée par une crise cardiaque. Même s'il s'agit d'une crise cardiaque, elle est directement liée à l'attaque que Lotfi Naguedh a subi, a déclaré à l'AFP l'un des responsable du service de presse de Nida Tounès. Mais selon radio Express FM qui cite des sources de l'hôpital régional de Tataouine, la victime serait morte suite à une hémorragie interne.

Une manifestation organisée par la Ligue de protection de la révolution, un regroupement d'organisations proches d'Ennahda, s'est rendue dans l'après midi au siège de l'URAP.

Le défilé a ensuite dégénéré face au siège du syndicat et les deux camps se sont affrontés avec des cocktails molotov et des pierres, selon le ministère de l'Intérieur.

Nidaa Tounes assure pour sa part que les violences provenaient uniquement du camp des manifestants composés notamment d'éléments d'Ennahda et de criminels notoires de la région qui ont investi le siège de l'URAP, frappant des occupants avec des bâtons.

Le ministère et le parti indiquent par ailleurs qu'il y a plusieurs blessés sans pouvoir en préciser le nombre. L'agence officielle TAP a évoqué un bilan d'un mort et de neuf blessés.

Des renforts de la police ont été envoyés et ont séparé les deux groupes, a par ailleurs expliqué à l'AFP M. Tarrouche, ajoutant que les forces de l'ordre n'avaient pas fait usage de gaz lacrymogène pour les disperser.

Mort du responsable de Nida Tounes à Tataouine
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: