Mardi, 28 Janvier 2014 09:48

Heureusement que la normalisation avec l’Entité sioniste n’aie pas été notifiée dans la Constitution. Parce que le jour même de sa promulgation historique, en ce mémorable lundi 27 janvier, les Tunisiens auraient certainement vu une flagrante contradiction avec la nomination de l’un des ministres du nouveau gouvernement.

Et pour cause : la fraîchement nommée ministre du Tourisme, à savoir Amel Karboul, affirme elle-même, et sur son propre site web, avoir travaillé avec des organisations internationales, et dirigé des ateliers en Europe de l’est et de l’ouest, au Brésil, en Inde, et notamment en… Israël. Un élément qui a été dument passé sous silence dans la biographie officielle diffusée dans les communiqués. Mais le document en anglais donnant ces précisions est toujours disponible en ligne sur le site de la nouvelle ministre, www.karboul.com, plus précisément à cette adresse (ici).

On se souviendra pourtant, du scandale provoqué par des chanteurs tunisiens, sous la dictature de Ben Ali, en août 2010. Les réseaux sociaux, les journaux, s’étaient à l’époque déchaînés, malgré la chape de plomb, contre ceux  qui ont osé donner un concert devant un public israélien.

Mais visiblement, les choses paraissent avoir bien évolué depuis ce temps. Et manifestement, le refus de mouvements du calibre d’Ennahdha de criminaliser la normalisation avec Israël dans la Constitution n’est pas dû au hasard. Puisqu’on en arrive, en Tunisie, à nommer à un poste ministériel, une dame dont les compétences semblent avoir été appréciées jusqu’en Israël. Difficile de croire que les responsables de sa nomination, qui se targuent pourtant de leurs compétences de technocrates aient ignoré ces quelques données. Une simple recherche sur Google aurait permis de se rendre compte d’une réalité que la principale intéressée n’a jusqu’ici même pas cherché pas à cacher.

A ce stade, les Tunisiens sont en droit d'exiger et d’obtenir des explications. Notre nouveau gouvernement aurait-il jugé que les compétences de la ministre sont à même de compenser des séjours à l’étranger susceptibles de provoquer une controverse ? Mais alors que des résistants arabes contre l’occupant sioniste sont interdits d’entrée en Tunisie, voudrait-on nous imposer en catimini une normalisation qui ne dit pas son nom ?

Moez El Kahlaoui

Tunisie : Nomination ministérielle ou normalisation ?
Bannière
Bannière

Annonces

Suivez-nous !

MagZik

Top 5 de la semaine

    Vos amis apprécient...

    You are here: