Alerte aux barbus sans barbe
Dimanche, 02 Février 2014 12:14

Humeur. «Comment voulez-vous que l’on fasse peur à nos électeurs avec des barbus civilisés et présentables». La question est posée par la marionnette de Marine Le Pen, dans les Guignols de l’info de Canal+. «Certains ont même le culot d’être sans barbe ! Des barbus sans barbes ! Je n’ai jamais vu une telle ignominie».

Ainsi s’exclamera l’avatar guignolesque de son père, Jean-Marie, le dinosaure de l’extrême-droite française. Ces paroles résonneront familièrement aux oreilles tunisiennes. Comme en échos aux récriminations des plus radicales d’une opposition en goguette, qui préfère peindre le salafiste sur la muraille en rasant les murs plutôt que prendre la mesure réelle d’un phénomène politique et social, et de le contrer dans les quartiers et les régions paupérisées.  

L’émission, qui a été diffusée le 28 janvier, consacrera deux minutes à la Tunisie, ouvrant le spectacle avec la poupée de Ghannouchi,  (pourtant bien barbu, lui) qui, pour l’occasion, clamera : «Je veux la liberté de conscience pour tous ! J’exige la parité hommes-femmes ! Je veux dans la Constitution la liberté de culte» ! De quoi redorer l’image écornée du parti de Ghannouchi, et prendre à contrepied les rediffusions des guignols de Nessma, ou d’Ettounissia, idéologiquement trop marquée.

Pourtant, à l’heure où nous écrivons ces lignes, aucune campagne de boycott n’a été annoncée contre la chaîne française, coupable de faire l’éloge voilé de nos barbus sans barbe. Aucun article n’a encore dénoncé ce signe flagrant de complicité d’un média étranger (et de surcroît français) avec nos islamistes que le glabre Caid Essebsi aura pourtant la bonté de qualifier de «civilisés», en se proclamant seul responsable de leur éviction du gouvernement.

Nos chantres de la francophonie et de la modernité, seraient pourtant bien inspirés de réécouter Salvatore Adamo, l’un des chanteurs fétiche de nos incorrigibles soixante-huitards. Dans sa complainte du «Barbu sans barbe», le malheureux nous apprendra comment un pauvre diable (barbu) a chipé le costume, la plus belle chemise, et même la femme de celui qui l’a accueilli, dorloté, et rasé ! Vous avez dit prémonitoire ?

Moez E.K

Alerte aux barbus sans barbe