Elections 2014 : Marginalisation des femmes
Mardi, 28 Octobre 2014 21:34

47% des candidats sur les listes électorales sont des femmes, alors qu’elles n’ont pas dépassé les 12% en tête de ces mêmes listes. Pis : ce taux beaucoup plus faible, voir nul dans les zones rurales et les régions intérieures. De plus, les femmes politiques ont été ostracisées par les médias puisqu’elles n’ont pu bénéficier que de 10% de l'espace médiatique audio-visuel.

Tels sont les chiffres révélés par  la délégation de l'organisation «Gender Concerns international»  lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 28 octobre à Tunis. Kalthoum Kennou, la seule femme candidate aux élections présidentielles sera-t-elle mieux lotie ? Il est permis d’en douter, même si le beau sexe semble avoir peser de tout son poids dans les législatives. Et l’accession d’une femme à la présidence de la République adresserait en effet un message retentissant à la communauté internationale redorant l’image de l’exception tunisienne.

Pour sa part, la présidente de la mission d'observation, Sabra Bano, a mis en évidence le paradoxe entre le poids électoral de la femme (50.5% des électeurs inscrits) d'une part, et sa présence sur les listes électorales d'autre part, regrettant au passage la séparation des files d'attente entre hommes et femmes, imposée par certains membres de bureaux de vote.

Sabra Bano a recommandé une forte présence des femmes aux postes ministériels dans le prochain gouvernement. La présidente de la mission a, en outre, appelé le prochain gouvernement à garantir le droit de la femme à tenir un rôle d'égal à égal avec l'homme dans la vie politique.

Elections 2014 : Marginalisation des femmes