Statue à la barbe de Bourguiba au cœur de Tunis
Vendredi, 06 Février 2015 19:54

Satire dans tous les sens. Sitôt la prise de fonction du nouveau gouvernement annoncée, la prophétie de Béji Caid Essebsi serait-elle en passe d’être réalisée ? C’est en tous cas ce que laissent entendre les échos persistants des bruits de couloirs du Temple de Montplaisir à la Grande Loge des Berges du Lac.

Dans son livre «Le bon grain et l’ivraie», l’actuel président de la République avait évoqué le retour de la statue de Bourguiba à sa place d’origine, au cœur de la capitale, sur son piédestal de la principale artère de Tunis. Sauf qu’il ne s’agira manifestement pas du comeback de la fameuse statue équestre qui trône actuellement à La Goulette, et qui vraisemblablement y restera.

Le Majliss Choura, l’autorité consultative d’Ennahdha, a en effet pesé de tout son poids sur la balance, pour n’accorder son blanc-seing  qu’à une seule condition : que ce soit une statue représentant un Bourguiba encore  jeune, du temps où il portait une barbe aussi noire qu’abondante. «Oui au Combattant Suprême, à condition qu’il arbore le système pileux conforme aux prescriptions» affirme un faucon du mouvement sous le sceau de l’anonymat.

Il s’agira donc de sélectionner des projets de jeunes artistes pour couler dans le bronze le nouveau symbole de la démocratie naissante (et balbutiante) en Tunisie. Notons que quelques poils de la barbe bourguibienne, (précieusement conservés à Monastir par une cousine du barbier du Combattant Suprême), seront disposés au cœur de la statue, pour accroître son rayonnement et permettre à la baraka de Bourguiba de rejaillir sur tout le pays. Une manière de renforcer l’aura de la Tunisie, qui assiste enfin à la réconciliation de tous ses vieux démons.

«Ce sera une manière de sceller l’union entre bourguibisme et islamisme, de consommer les noces entre tradition religieuse et modernité» clame Zied Laadhari, le nouveau ministre de l’emploi, prenant des accents lyriques pour l’occasion, mais démentant au passage la rumeur qui ferait de lui le porte-parole du nouveau gouvernement. CQFD.

Soufia Ben Achour

Statue à la barbe de Bourguiba au cœur de Tunis
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: